Préparation et Présentation

Nous avons créé trois expériences, chacune utilisée pour évaluer la résistance de la toile d'araignée. Pour créer ces expériences, nous avons choisi trois modèles différents plus ou moins inspirés par la toile d'araignée elle-même. Une première, qui est une imitation simplifiée de la toile d’araignée. Une seconde, qui est un motif légèrement inspiré par celle-ci. Le dernier, un motif à damier. Au total, nous avons créé neuf toiles. Le premier groupe de trois comprend toutes les formes réalisées avec une limite de huit points de fixation. Pour ces toiles, nous avons utilisé 3 mètres de ficelle. Le deuxième groupe a également une forme différente, mais cette fois la limite est fixée à douze points d’attache. Nous avons donc utilisé 4 mètres de ficelle. Sur les trois derniers, nous avons fixé une limite de seize points d’attache pour lesquels nous avons utilisé 5 mètres de ficelle. Ces toiles faites à la main, ont été utilisées dans nos trois expériences. 100g, 200g, 300g, 400g, 500g et 600g. Ces poids ont été utilisés pour les expériences 1 et 2. Pour la dernière expérience, nous avons utilisé des poids de 1 à 5 g.

Pour nos expériences, les termes F1; F2; F3; A8; A12 et A16 sont utilisés. F représente la forme, avec F3 la toile d'araignée, F2 le motif à damier et F1 la toile d'araignée sans les spirales du centre. A représente le nombre de points d'attaches.

Nos toiles:

F2A16

F3A16

F1A16

F2A12

F3A12

F1A12

F2A8

F3A8

F1A8

  • Première Expérience: La première expérience consiste à appliquer un poids à un point central de chaque toile. Ainsi, nous avons pris chaque toile une à la fois, délicatement placée sur les bords des tabourets et nous avons appliqué tous les poids différents en un point central. Chaque fois, nous avons capturé une image de nos toiles pour mesurer leur déformation.
  • Deuxième Expérience: La deuxième expérience est très similaire à la première. Cependant, le poids était réparti sur la totalité de la toile. Pour ce faire, nous avons découpé un morceau de carton en forme de cercle plus petit, et l'avons placé sur la toile elle-même. Ensuite, nous avons déposé les poids sur ce carton. Enfin, nous avons pris des photos.
  • Troisième Expérience : Cette expérience est une approche différente, car au lieu de mesurer le degré de déformation de la toile par chaque poids, nous avons mesuré le poids maximal qu'elle peut supporter avant toute déformation.                                                                                          

Pour étudier la déformation des toiles, nous avons utilisé le logiciel Mesurim. Nous avons mesuré l'angle entre la position initiale de la toile, et après l'application du poids.

Résultats attendus :

Avant la réalisation de ces tests, nous nous attendions à trouver dans nos résultats que le motif en toile d'araignée était le plus résistant. En effet, certaines des caractéristiques les plus connues des toiles d'araignées sont les suivantes: elles sont cinq fois plus résistantes que le fer, elles ont une très grande capacité à absorber les chocs et il faudrait dix fois plus d'énergie pour casser une toile d'araignée, que tout autre matériel biologique. Également la conception hiérarchique donne aux toiles d'araignée une tolérance aux dommages. Ainsi, lorsqu'un dommage survient sur une toile d'araignée, la répartition des forces reste inchangée. Par conséquent, la toile conserve sa force initiale.

Difficultés rencontrées

Lors de la fabrication des toiles et de la préparation des expériences, nous avons rencontré quelques problèmes. Tout d’abord, la précision de nos toiles d'origine était critiquable. Nous avons donc dû refaire toutes les toiles, mais nous avons également augmenté le nombre de modèles pour nos expériences. De plus, l'autre difficulté était la stabilité des toiles pour nos expériences. Parce que pour faire les mesures, il était nécessaire que la caméra et les toiles soient sur le même plan. Nous avons donc dû refaire ces images plusieurs fois.

Mise en place de l'expérience:

Anciennes toiles:

Voici l'une de nos toiles d'origine. Celui-ci est le motif en damier. Ici la ficelle est très fine, donc nos toiles n’étaient pas assez solide pour passer en revue nos trois expériences. De plus, la base circulaire n’était pas un anneau en acier, mais un bac en plastique découpé en plusieurs morceaux. De fait, lorsque nous avons pris les mesures de leur déformation, il était très difficile de les mesurer, car la base était large et pas totalement transparente. Pour ces raisons, nous avons décidé de recommencer à zéro, même si cela signifiait que nous avions perdu beaucoup de temps.

Fermer le menu
fr_FRFR
en_USEN fr_FRFR