Conclusion

Nous avions commencé ce TPE par une analyse du stade Sultan Mizan Zainal Abidin, en Malaisie, et le stade de la Plata, en Argentine.
Respectivement, celui qui s'est effondré et celui avec une structure inspirée de la toile d'araignée. Nous nous étions, donc, demandé si cette application du principe de biomimétisme était simplement utilisée pour des raisons esthétiques ou si de plus elle jouait un rôle sur la solidité du stade. Cela nous a donc amené à notre problématique : “La structure du stade de la Plata est-elle en réalité plus solide que celle d’un autre stade et si oui, comment?”

Afin de répondre à cette interrogation, nous avons, dans un premier temps, étudier la fabrication des toiles par les araignées pour ensuite, nous en inspirer dans une deuxième partie, comportant nos expériences faites sur des toiles que nous avons construites. Ces dernières se décomposent en trois axes, nous avons tout d’abord mesuré la déformation pour un poids appliqué au centre, puis un poids réparti et enfin nous avons cherché la masse minimale entraînant une déformation. Ces expériences basées sur une comparaison entre différentes structures, cherchent à mettre en évidence la pertinence de l’utilisation de celle de l’araignée. Dans la dernière partie, consacrée aux matériaux, nous avons cherché à appliquer ces résultats sur les caractéristiques mêmes du stade.

Nous avons donc montré, avec quelques limites énoncées précédemment, que dans l'ensemble, les toiles à structure d'araignée sont pratiquement celles qui obtiennent les meilleurs résultats. Cela nous a d'abord permis d'envisager autrement le stade, en effet, ces recherches ont soulevé des questionnements qui ne bousculent pas forcément un simple spectateur. Dans l'ensemble, nos démarches, qui ont essentiellement été des expériences et des recherches internet, nous ont amené à penser que les structures en toiles d'araignées sont en effet les plus résistantes. De plus, elles présentent un grand nombre d'avantages tels que la légèreté, et donc un rapport entre la résistance et la quantité de matériaux assez faible, on pourrait aussi parler tout simplement de la prouesse technologique et de l'esthétisme de ce stade.

Ce stade est une nouveauté dans son domaine, les ingénieurs et ouvriers ont dû s’adapter à de nouvelles techniques qui se traduisent par un résultat très impressionnant puisque que le bâtiment est imposant tout en étant aéré et lumineux. Et de plus la structure en toile d’araignée donne une certaine beauté à ce stade qui se démarque des autres. Le biomimétisme n’est pas rare mais est encore en cours de développement. Par nos recherches, nous avons aussi remarqué que d’autres infrastructures se sont inspirés de la toile d’araignée comme le centre commercial de Fiera Milano à Milan ou encore le centre Pompidou à Metz.



Ce TPE nous a donc fait prendre conscience des enjeux de la solidité des infrastructures publiques, c'est pourquoi nous pensons que les structures en toiles d'araignées ont de réelles chances d'être le future de l’architecture.

Enfin, le biomimétisme ne s’applique pas seulement à l’architecture mais dans bien d’autres domaines divers et variés tel que l’évolution énergétique avec l’exemple d’une hydrolienne qui s’inspire du mouvement des anguilles, ceci permet de produire de l’électricité de manière responsable et elle ne gêne pas l’écosystème comparé aux barrages.

Synthèse personnelle

Ceci est un schéma qui présente la progression générale de notre TPE. Il montre clairement le rôle de chacun dans la realisation de la production finale.

Fermer le menu
fr_FRFR
en_USEN fr_FRFR